Queue chien

Pourquoi couper la queue des chiens ?

La caudectomie est l’amputation de tout ou partie de la queue d’un animal. Mais la queue d’un chien fait partie intégrante de son corps, alors pourquoi diable le ferions-nous ? Eh bien, il s’avère que cette pratique est imprégnée d’histoire, de superstition, de tradition et d’évasion fiscale ! Examinons les raisons de la coupe de la queue des chiens à travers l’histoire et jusqu’à aujourd’hui.

La pratique de la coupe de la queue semble remonter très loin dans l’histoire, au moins jusqu’aux Grecs anciens.

Un aristocrate grec nommé Alcibiade a peut-être été la première personne à couper la queue d’un chien. L’histoire raconte qu’il avait un chien extrêmement beau dont tout le monde parlait. Lorsque les gens se sont habitués à la beauté de son chien et que les discussions ont commencé à porter sur d’autres sujets, Alcibiade a coupé la queue de son chien afin d’attirer la conversation et les ragots sur lui, car tout le monde se demandait pourquoi il faisait une telle chose !

Nous savons également que les Romains de l’Antiquité coupaient la queue de leurs chiens. 

Les Romains semblaient croire qu’en coupant la queue des chiens et en leur coupant la langue, ils pouvaient prévenir la rage. La rage était une maladie terrifiante et sa transmission n’était pas connue à l’époque. Il est probable que toute pratique censée réduire cette maladie mortelle aurait été adoptée sans hésiter, même si, bien sûr, elle n’aurait pas été efficace.

Plus tard, dans l’Amérique des 17e et 18e siècles, la superstition était à l’origine de la coupe de la queue des chiens. 

Les premiers puritains pensaient que les queues des chiens étaient possédées par des démons et devaient donc être coupées. D’autres Américains pensaient que si l’on coupait la queue d’un chien et qu’on l’enterrait dans la cour, le chien ne s’éloignerait pas car il souhaitait rester près de la partie du corps qui lui manquait !

À peu près à la même époque, en Angleterre, une taxe du XVIIe siècle en était la cause principale

Un impôt spécifique sur les chiens de compagnie (ou ceux gardés uniquement pour le plaisir) semble avoir encouragé la pratique de la coupe de la queue. Les chiens qui n’étaient pas classés comme chiens de travail étaient considérés comme un luxe soumis à l’impôt. 

Les gens coupaient donc la queue de leurs chiens pour indiquer qu’il s’agissait de chiens de travail et qu’ils n’étaient donc pas soumis à l’impôt. Ainsi, les terriers utilisés pour la chasse au rat et au lapin, les chiens de troupeau utilisés dans les fermes et certains chiens de chasse étaient systématiquement écourtés. Il est amusant de constater que certains chiens de chasse anglais appartenant à de riches propriétaires terriens n’étaient pas écornés. C’était un signe de la richesse de leurs propriétaires, qui pouvaient se permettre de payer la taxe supplémentaire.

C’est l’apparence de la chose…

C’est pourquoi, au fil des siècles, certains types de chiens ont traditionnellement été dotés d’une crosse. Les gens en sont venus à apprécier l’apparence de ces races et considèrent qu’une queue écourtée donne la « bonne » apparence. Les « standards de la race » pour nombre de ces chiens de travail ont fait pression sur les éleveurs et les exposants lors des expositions pour qu’ils écourtent la queue de leurs chiens. La pratique s’est donc poursuivie sous l’influence des clubs de chenil, ici et à l’étranger. Et la croyance que la pratique de l’écourtage de la queue aide à prévenir les blessures lorsqu’un chien travaille. 

En ce qui concerne la justification de la coupe de la queue pour les chiens de travail afin d’éviter les blessures, nous devons nous rappeler qu’un « chien de travail » peut avoir été historiquement impliqué dans des activités telles que l’appâtage des ours, l’appâtage des taureaux et les combats. Le risque de blessure à la queue au cours de ces types d’activités pouvait être assez élevé. L’amputation de la queue est donc peut-être une précaution plus raisonnable à prendre. Il est évident que ces activités illégales n’ont plus lieu ou, dans le cas des combats de chiens, ne devraient plus avoir lieu.

À l’heure actuelle, il existe peu de justifications pour la coupe de la queue d’un chien.

Cette pratique est généralement considérée comme une mutilation et prive le chien d’une partie intégrante de son anatomie. Les chiens ont besoin de leur queue pour communiquer, pour s’équilibrer et peut-être comme gouvernail lorsqu’ils nagent. L’utilisation de la queue pour la communication semble être particulièrement importante.

Par exemple, un chien sûr de lui tiendra sa queue bien haute ; un chien heureux qui souhaite jouer et interagir remuera furieusement la queue ; un chien effrayé et soumis rentrera sa queue entre ses pattes. Comment un chien peut-il transmettre efficacement ces informations en utilisant uniquement une souche ? En raison de cette incapacité à communiquer correctement, il semble que certains chiens amputés de la queue puissent devenir agressifs parce qu’ils ne peuvent pas signaler leur intention et sont mal compris par les autres chiens.

La coupe de la queue est également source de douleur et de détresse lorsqu’elle est pratiquée sans anesthésie chez les jeunes chiots.

L’intervention est généralement réalisée de manière chirurgicale, à l’aide de ciseaux qui coupent la peau, les muscles, les tendons, les ligaments, les nerfs et les os, alors que le pauvre chiot est pleinement conscient. Après l’intervention, il existe évidemment un risque d’infection et de complications au niveau de la cicatrisation. Certains vétérinaires peuvent refuser de pratiquer cette intervention, même sur des chiens de travail, pour des raisons éthiques.

Quelles peuvent donc être les justifications raisonnables de la coupe de la queue d’un chien ? 

Si un jeune chiot est destiné à devenir un chien de travail et non un animal de compagnie, la caudectomie peut contribuer à prévenir les blessures à l’avenir. Les chiens qui travaillent régulièrement dans des sous-bois denses, par exemple, sont plus susceptibles de se blesser à la queue, ce qui entraîne douleur, détresse et risque de provoquer des infections et d’autres complications. Un éleveur souhaitant faire couper la queue d’un chiot doit être en mesure de fournir des preuves solides que le jeune chien est destiné à une vie de travail active.

La seule autre raison valable pour l’amputation d’une queue est le cas où une blessure est survenue et où la queue est si gravement endommagée que l’amputation est nécessaire selon l’avis d’un vétérinaire. Techniquement, nous devrions vraiment considérer qu’il s’agit d’une raison clinique. Nous devrions parler d’amputation de la queue plutôt que de caudectomie, car l’intervention sur un chien âgé se déroule toujours sous anesthésie générale, en tenant compte du soulagement de la douleur et du bien-être du chien en péri-opératoire.

La caudectomie ne doit jamais être pratiquée pour des raisons purement esthétiques. Si vous achetez un chiot et que vous comptez le garder uniquement comme animal de compagnie, évitez d’acheter un chiot dont la queue est coupée. Laissez ces longues queues glorieuses agiter nos amis canins !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.